Tissus profonds ou forte pression?

Le massage des tissus profonds est dans toutes les bouches et pourtant il existe une certaine méconnaissance de cette technique. Bien souvent ce que les clients demandent (et ce qu’ils reçoivent) c’est un massage avec beaucoup de pression. Et le deep tissu est une technique qui va bien au delà de la pression. Le sujet me tient à cœur car c’est sûrement l’une des techniques les plus performantes lorsqu’elle est bien réalisée.

L’art du tissu profond

L’essence du tissu profond réside dans l’intention.

L’intention ne vient pas du mental, c’est un état  d’être. C’est beaucoup plus puissant que simplement vouloir. C’est un focus qui vient du “cœur” et qui se réalise avec le ressenti. Il n’ y a pas d’étape, il faut suivre ses intuitions et ses sensations.

Tout l’art du thérapeute c’est de garder le côté rationnel et analytique de ses connaissances tout en restant suffisamment à l’écoute du corps pour sentir ses besoins et ses attentes.

Travailler les tissus profonds ne se fait qu’en écoutant les fascias. Ce sont les fascias qui vont nous montrer le chemin pour aller dans les couches profondes. C’est un travail de cooperation avec le corps et tout le monde est vainqueur. A défaut d’écouter les fascias, le thérapeute va rester sur la tension et se “battre” jusqu’à ce que le plus fort gagne, et dans ce cas il y a forcément un perdant.

Aller profond ce n’est pas appuyer fort

Pour aller dans les couches profondes il ne sert à rien d’appuyer fort sur la zone. Au mieux elle va résister et repousser les mains du thérapeute,  au pire elle va céder et vous allez avoir un bleu parce que les tissus n’ auront pas été respectés.

Pour aller dans les tissus profonds le thérapeute doit se laisser guider par le corps. S’il veut “creuser” son chemin lui même, le corps du client va se contracter pour se protéger, tout l’inverse du but recherché. Pour moi le tissus profond est indissociable de la facsia-thérapie. Il faut savoir suivre les tissus pour trouver la porte d’entrée. C’est à cette seule condition que l’on ira en profondeur en respectant les barrières du corps.

Les tissus profonds ce n’est pas avoir mal

La douleur est un élément très subjectif. Certaines personnes ressentiront de l’inconfort juste en étant touchées. D’autres au contraire auront besoin de ressentir de l’inconfort pour se convaincre que le soin est efficace. Enfin certain ne ressentiront rien de désagréable alors même que le corps réagit en se protégeant. Cette dimension “douleur” est un critère que le thérapeute doit prendre en compte dans son approche mais qui ne va en rien déterminer la capacité du corps à se réguler.

L’art du thérapeute c’est de suivre le besoin du corps en s’ajustant à ce que vous ressentez et ce que vous voulez ressentir. Le soin ne doit jamais être simplement désagréable voir douloureux. Il doit rester dans ce que l’on appelle le “sweet pain” cette sensation d’inconfort qui fait du bien.

 Avec ou sans huile?

Pour cette réponse prenez en compte que je fais référence à des convictions personnelles. Selon mes compétences et mes techniques, l’huile me permet de glisser sur la peau et les muscles. Mais l’huile va m’empêcher “d’agripper” les fascias et de descendre dans les couches profondes. Si la peau est extrêmement sèche, une goutte d’huile peut être nécessaire, mais dans la grande majorité des cas je travaillerais sans.

J’ai cependant rencontré certains thérapeutes qui affirment pouvoir travailler les fascias avec un peu d’huile. Je ne remets pas leur parole en doute car par exemple à la fin d’un massage de détente la peau peut avoir absorbé suffisamment d’huile pour permettre une certaine accroche des fascias.

Cependant si  les mains du thérapeute glissaient facilement sur votre corps vous saurez que vous aurez reçu un massage avec beaucoup de pression mais pas un massage des tissus profonds et encore moins de la fascia-thérapie.

Pourquoi choisir cette technique?

Il faut déjà savoir que pendant un soin je n’applique pas une technique en particulier, je me laisse guider par toutes les informations que j’ai collectées et par la réaction corporelle du client. Je vais toujours combiner plusieurs techniques, c’est ce que l’on appelle “mettre sa couleur” et c’est ce qui fait que vous allez préférer un thérapeute à un autre alors qu’ils ont les mêmes formations. Cependant le tissu profond va être utile pour aller chercher les muscles profonds (ça c’est logique!). Et il est intéressant d’aller chercher les muscles profonds lorsque notre client se plaint d’un inconfort chronique, lorsque les mouvements sont limités, qu’il y a comme des blocages. Dans ces situations très souvent les muscles superficiels peuvent paraître tendus mais ils ne sont que la conséquence d’une cause plus profonde.

Cependant si mon client est inconfortable avec le ressenti, j’ai plein d’autres techniques qui seront toutes aussi efficaces pour favoriser l’équilibre du corps.

Vous voulez découvrir ma vision du tissus profond? C’est par ici