Comment arrêter la douleur?

La grande majorité de mes nouveaux clients viennent me voir parce qu’ils ont mal quelque part. Bien sur la douleur n’est qu’un symptôme et mon travail c’est d’en corriger la cause. Pourtant quand je leur demande ce qu’ils attendent du soin la réponse est unanime, Ne plus avoir mal !

Simplement, réparer une blessure peut demander du temps et quelques séances. Alors en attendant est ce qu’ils doivent souffrir ?

La réponse est bien entendu NON !!! Est-ce que cela implique de se médicamenter ? Pas forcément !

C’est quoi la douleur ?

Si on vulgarise un peu, la douleur c’est notre système nerveux qui envoie un signal qui sera interprété comme désagréable à notre cerveau pour préciser que quelque chose ne fonctionne pas comme il faut. Le fait que cela soit vécu comme douloureux devrait nous pousser à réagir pour retrouver l’équilibre.

Et face à ce signale une grande majorité des gens ne va réagir qu’en tenant compte du symptôme :

  • Soit par le DÉNI en se disant qu’ils n’ont pas le temps pour ça et qu’ils doivent continuer.
  • Soit par la PEUR que ça augmente que ça dure longtemps que ça ne parte jamais…

Il faut savoir que la peur tout comme le déni auront pour conséquence d’augmenter la sensation de douleur.  Et ces deux types de réactions n’auront aucun effet sur la cause !

Quelle attitude face à la douleur?

ACCEPTER : il faut accepter ce que l’on ressent, c’est uniquement de cette manière qu’on pourra trouver des solutions. Si on nie un problème, il y a peu de chances qu’il se résolve tout seul !

ECOUTER ET DÉCRIRE : plus nous aurons une vision claire de la situation plus il sera facile de trouver une réponse adéquate. Déterminer la durée, l’intensité et la nature de votre douleur.

RESPIRER : Lorsque votre corps vit une épreuve il se contracte c’est un mécanisme de défense. Respirer va permettre de relâcher le corps. Une bonne gestion de la respiration est primordiale pour supporter des douleurs intenses !

En quoi consiste l’approche manuelle?

“Libérer l’esprit de la douleur pour mieux se concentrer sur la cause.”

LA FACSIA THERAPIE : Un corps en douleur va être contracté aux niveaux des muscles mais aussi des fascias, libérer les fascias redonner du mouvement dans les tissus va permettre au corps de relâcher et d’être plus ouvert sur l’extérieur. Des fascias en tension c’est comme écouter de la musique avec un casque, on est enfermé dans son monde dans sa réalité et on ne peut pas écouter à l’extérieur. Libérer les fascias c’est laisser plus d’espace à autre chose et au final moins ressentir la douleur. Cette approche va entre autres permettre de commencer à traiter la cause. (La fascia thérapie est une technique qui peut se suffire à elle seule)

LE FOCUSING : c’est un peu comme l’étape « écouter et décrire » que l’on a vu plus haut. Mais avec un guide et un stimulus corporel. Cela à pour effet une meilleure appréhension de la douleur et surtout une meilleure connexion entre le corps et l’esprit.

LE TRAITEMENT : Les deux premières approches vont permettre aux clients de sentir des résultats. Ils vont se sentir en confiance, les mécanismes de protection vont s’estomper et je vais avoir beaucoup plus d’accès pour traiter la cause et donc des résultats plus rapides. Peu importe la technique une personne détendue et en confiance aura de meilleurs résultats dans son traitement. Il ne faut pas oublier la capacité d’auto-réparation du corps!

Pour quels résultats ?

Cette gestion de la douleur, je l’ai d’abord expérimentée personnellement, pour des douleurs intenses comme l’accouchement… Mes résultats ont été incroyables, au-delà de mes attentes.

J’accompagne des gens qui souffrent en continu, atteint de sclérose en plaque, de fibromyalgie, de douleurs fantômes liées à la perte d’un membre. Pour ces personnes il n’y a pas de cause à traiter, ils doivent seulement apprendre à gérer leur douleur. Là encore les résultats sont excellents.

Je vous invite à consulter l’avis de Louis-Paul Rioux que je suis depuis plus d’un an et qui est très détaillé à ce sujet.

Pour prendre un rendez vous c’est par ici