Chaud ou froid?

En cas de blessure on écoute tout et son contraire. Il y a ceux qui vont vous conseiller du mettre du chaud! Ceux qui vous conseillent de mettre du froid en s’appuyant sur le traitement des sportifs.
Mais dans votre cas à vous, c’est quoi le mieux? Pour le savoir voyons d’abord comment le corps réagit en cas de blessure et la réaction générée par ces thérapies thermiques.

Pour éviter une lésion votre corps génère une contracture

Lorsqu’un muscle est trop sollicité il va rester bloqué en position de contraction pour empêcher le mouvement et ainsi éviter le risque de lésion. La contracture est un mécanisme réflexe de protection du corps. Il ne fait que bloquer la zone pour lui permettre de se reposer. C’est aussi un mécanisme de protection contre l’environnement extérieur. Le corps a tendance à se contracter en période de stress ou d’insécurité. Bien que cette réaction soit un mode de protection, elle génère de la douleur et un dysfonctionnement.

Pour réparer une lésion votre corps provoque une réaction inflammatoire

Lorsque les muscles tendons ou ligaments sont atteints dans leurs fibres, il faut du sang pour démarrer le processus de réparation. Les anticorps proches de la zone lésée vont libérer de l’histamine qui va permettre à une plus grande quantité de sang de venir dans la zone. Le sang apporte les nutriments essentiels à la réparation des tissus. L’inflammation est donc un processus de réparation. Le problème c’est qu’au même titre que la fièvre ce processus va produire des effets controversés. Il génère entre autre de l’œdème (gonflement de la zone) qui tend les tissus jusqu’à provoquer de la douleur et limiter les mouvements.

Comment agit le froid?

Le froid à un effet de vasoconstriction c’est à dire que les tissus se rétractent. Il y a un rétrécissement de la zone. Ce qui implique une évacuation des liquides (vous voyez où je veux en venir?). Le froid est donc idéal pour limiter les effets indésirables de l’inflammation.

Comment agit le chaud?

Le chaud va dilater, ramollir, détendre. Il va permettre un relâchement des tissus et générer une sensation de confort. C’est donc une solution efficace pour lutter contre les contactions.

En pratique on fait quoi?

  •  D’abord on va différencier la contracture de l’inflammation

En cas d’inflammation la douleur est diffuse et s’étend à une zone qui est chaude et gonflée. Elle peut même être un peu rouge. Tous les mouvements de la région sont difficiles. Attention cependant, cette explication est vraie en phase aiguë, après 2-3 jours les sensations seront plus proches de la contraction.

La contraction génère une sensation de tension sans qu’il y ait de gonflement. La douleur est très facile à localiser. On peut montrer un point précis et elle limite un type de mouvement précis. C’est l’exemple d’un torticolis qui est un cas de contracture très fréquent.

  •  Puis on applique le traitement adapté

Sur une contraction on met du chaud! L’effet souhaité étant de détendre la zone. Le chaud va permettre aux muscles de se relâcher. Pour ce genre de problème le froid est totalement à proscrire. Il aurait pour effet de renforcer la contraction.

Sur une inflammation on met du froid! Le but étant de limiter l’accumulation de liquide et de permettre le drainage des déchets métaboliques. Le froid va donc enrayer le processus d’inflammation, mais par le même effet, le processus de guérison. L’idéal étant d’alterner chaud et froid pour permettre la réparation tout en évitant les effets néfastes de l’inflammation. On veille simplement à toujours commencer et finir par le froid.

  •  Enfin on adopte le bon comportement

Lorsque le corps génère de l’inconfort il nous demande juste une chose: changer.

Enrayer l’inconfort sans chercher à savoir ce qui a produit cet inconfort, c’est comme mettre du parfum plutôt que de se laver…

La réaction inflammatoire ou la contracture n’est pas ce que vous devez soigner. L’important est de lutter contre ce qui a provoqué ces réactions.

Votre massothérapeute saura à la fois soulager les effets indésirables de l’inflammation et de la contracture et surtout vous aider à éviter ce genre de réaction.